Introduction

Le numérique est aujourd’hui présent partout dans nos vies, que cela soit au niveau personnel comme professionnel. Et cette tendance s’est vue amplifiée du fait de la crise. Nos petits commerces se sont mis au clic & collecte, les collèges, lycées et universités aux cours en télé-présentiel et le télétravail est désormais la norme dans les entreprises . Les collectivités territoriales n’y échappent pas, le gouvernement accélérant les dispositions en ce sens.

État des lieux

Pas un secteur aujourd’hui ne peut se passer du numérique. Chacun s’y met, avec plus ou moins de bonne volonté, souvent même un peu contraint, mais il n’y a plus le choix. Les petits commerces n’ont pas eu d’autres solutions que de migrer vers des outils numériques afin de pouvoir continuer, un peu, leur activité.

Les écoles ont dû, massivement, mettre en place des solutions pour assurer leurs cours en télé-présentiel.

Les entreprises se sont tournées vers le télétravail et ont donc mis en place les outils adéquates en se tournant notamment vers des outils de type CRM, de travail collaboratif ainsi que des plateformes de vente en ligne.

Bien évidemment, l’Etat et les collectivités territoriales, déjà engagées dans un processus de dématérialisation, ont continuées et accélérées dans ce sens. L’État avait déjà initié il y a quelques années un grand plan sur le numérique, toujours en cours, dont l’un des objectifs est d’obtenir 100 % des démarches administratives dématérialisées d’ici 2022. Les démarches s’amplifient et de nouvelles actions sont mises en place dans le cadre notamment du plan Action Publique 2022. Ce plan a 3 objectifs principaux : améliorer la qualité des services publics, plus d’ouverture et de transparence ainsi que plus de souveraineté et de sécurité. Il y a également le développement de la filière cybersécurité dans lequel l’état va investir 1 milliard d’euros.

Les collectivités et le numérique

Les institutions publiques doivent elles aussi suivre les avancées de notre société et donc passer au numérique et à la dématérialisation de leurs services et outils. Bien évidemment, nos gouvernants n’ont pas attendu la crise pour lancer ces projets. Le plan Action Publique 2022 a été initié en 2017. Il était déjà ambitieux, mais l’arrivée de la crise a obligé nos élus à accélérer et renforcer encore ses objectifs.

Hormis la dématérialisation totale des démarches administratives d’ici 2022, ce plan doit aussi améliorer et moderniser les services de l’État. Les collectivités doivent se numériser, moderniser leurs moyens d’actions, développer de nouveaux services comme France Connect notammentpour simplifier l’accès aux sites administratifs, Aidants Connect pour mieux accompagner les publics en difficulté. En internet, il y a la messagerie Tchap qui commence à être déployée.

Avec la crise, le gouvernement a notamment initié le plan France Relance, et la transformation numérique de nos collectivités n’est pas oubliée. Notamment la création du Fond « Transformation numérique des collectivités territoriales » avec un budget de 88 millions d’euros.

Afin de rendre tout cela possible, il faut bien évidemment des moyens, financiers et matériels, mais aussi de la formation à ces nouveaux outils. Dans de petites communes, cela n’est pas toujours simple. Car il faut que ces acteurs, en contact direct avec le public, soient à même de les renseigner et les accompagner comme il faut. Le CNFPT notamment a développé son offre de formation dans ce sens.

Mais il y a aussi des effets pervers à cela, notamment vis-à-vis de l’illectronisme ou du manque de moyens pour certains foyers qui ne sont pas équipés d’un ordinateur.

Pour finir

La modernisation des services publics est en cours depuis plusieurs années maintenant. De grands projets ont été lancés, qu’il faut aujourd’hui accélérer du fait de la crise sanitaire. Ce sont de gros chantiers qu’il va falloir arriver à mener à terme, et qui induisent de grands changements et beaucoup de moyens.

Nos concitoyens aussi sont bien sûr impactés par cela, et eux aussi doivent s’adapter à ces transformations, ce qui n’est pas toujours simple et engendre certaines inégalités. Tout le monde est donc concerné par cette modernisation de nos collectivités et chacun doit agir, se transformer et s’adapter et surtout mettre en place les moyens pour accompagner le changement

Bonjour 👋🏻
Inscrivez-vous à nos newsletters en renseignant votre adresse mail et ne ratez aucune nouvelle, offre et plus...
  • First List Item
  • Second List Item
  • Third List Item

European Champions Alliance cite Watcha dans son mapping consacré à la cybersécurité

[et_pb_section fb_built="1" _builder_version="4.4.9" hover_enabled="0" background_color="rgba(0,0,0,0)"][et_pb_row _builder_version="4.4.9"][et_pb_column type="4_4" _builder_version="4.4.9"][et_pb_image src="https://watcha.fr/wp-content/uploads/2020/08/contentuploads202007mapping_cybersecurity_europe.png.jpg" title_text="Mapping de l'ECA.png" _builder_version="4.4.9"][/et_pb_image][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section][et_pb_section fb_built="1" _builder_version="4.4.9" hover_enabled="0" background_color="rgba(0,0,0,0)"][et_pb_row _builder_version="4.4.1"][et_pb_column type="4_4" _builder_version="4.4.1"][et_pb_text _builder_version="4.4.9"]

Watcha cité parmi les acteurs contribuant à la souveraineté numérique en Europe par l’European Champions Alliance dans son premier mapping concernant la cybersécurité sur le continent.

Watcha est nommé au côté de nombreux acteurs importants au niveau européen et mondial, comme Ledger, Tanker et Oodrive. C’est avec une grande fierté que nous accueillons cette nomination qui nous conforte dans notre démarche visant à promouvoir la sécurité et la transparence des outils de collaborations professionnels. 

Vous pouvez retrouver le mapping complet ici. 

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section][et_pb_section fb_built="1" _builder_version="4.4.9" hover_enabled="0" background_color="rgba(0,0,0,0)"][et_pb_row _builder_version="4.4.9"][et_pb_column type="4_4" _builder_version="4.4.9"][et_pb_text _builder_version="4.4.9"]

Vous souhaitez plus d’informations ? Contactez-nous : contact@watcha.fr

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section]

Lyon mise sur l’open source

[et_pb_section fb_built="1" _builder_version="4.9.4" _module_preset="default" da_disable_devices="off|off|off" da_is_popup="off" da_exit_intent="off" da_has_close="on" da_alt_close="off" da_dark_close="off" da_not_modal="on" da_is_singular="off" da_with_loader="off" da_has_shadow="on"][et_pb_row _builder_version="4.9.4" _module_preset="default"][et_pb_column type="4_4" _builder_version="4.9.4" _module_preset="default"][et_pb_text _builder_version="4.9.4" _module_preset="default"]

La ville de Lyon a choisi la plateforme collaborative open source de Watcha pour faciliter les échanges avec ses nombreux partenaires extérieurs.

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][et_pb_row column_structure="2_5,3_5" _builder_version="4.9.4" _module_preset="default"][et_pb_column type="2_5" _builder_version="4.9.4" _module_preset="default"][et_pb_image src="https://watcha.fr/wp-content/uploads/2022/01/Capture-décran-2022-01-18-à-16.21.11.png" title_text="Didier VULLIERME" _builder_version="4.9.4" _module_preset="default" width="100%" hover_enabled="0" sticky_enabled="0"][/et_pb_image][/et_pb_column][et_pb_column type="3_5" _builder_version="4.9.4" _module_preset="default"][et_pb_text _builder_version="4.9.4" _module_preset="default"]

Comme beaucoup de collectivités, la ville de Lyon a dû trouver de nouvelles façons de collaborer durant la crise sanitaire. Avec environ 8500 agents et 180 métiers différents, allant des vétérinaires à la police municipale, en passant par les Atsem (agents territoriaux spécialisés dans les écoles maternelles), la ville compte une multiplicité de profils, et donc de cas d'usage autour de la collaboration. Ceux-ci ne pouvaient pas tous être adressés avec les outils déployés en interne.

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][et_pb_row _builder_version="4.9.4" _module_preset="default"][et_pb_column type="4_4" _builder_version="4.9.4" _module_preset="default"][et_pb_text _builder_version="4.9.4" _module_preset="default" custom_margin="-29px|0px|0px|0px|false|false"]

Lyon s'est donc tourné vers la suite collaborative de Watcha pour répondre aux besoins de collaboration impliquant des partenaires externes.

« Nous avons des applications basées sur SharePoint, un peu vieillissantes, qui ne permettaient pas de travailler de manière souple avec nos nombreux partenaires », explique Didier Vullierme, responsable de l'innovation et des nouveaux usages à la DSITN (direction des systèmes d'information et de la transformation numérique) de la ville de Lyon. La collectivité a alors cherché un outil collaboratif à la fois rapide et simple, basé autant que possible sur de l'open source. La nouvelle équipe municipale avait en effet des exigences fortes en termes de souveraineté et une volonté d'aller vers l'open source. C'est avec ces critères que la ville a retenu la solution proposée par la société lyonnaise Watcha, appréciant également le fait que l'entreprise travaillait déjà avec certaines collectivités. « La plateforme est une solution SaaS hébergée en France chez OVH, ce qui était essentiel pour nous. Elle regroupe trois grandes fonctionnalités : la visioconférence, basée sur Jitsi ; la messagerie instantanée, basée sur Matrix et enfin le partage et l'édition collaborative de documents, basés sur OnlyOffice et NextCloud », décrit Didier Vullierme.

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][et_pb_row _builder_version="4.9.4" _module_preset="default"][et_pb_column type="4_4" _builder_version="4.9.4" _module_preset="default"][et_pb_text _builder_version="4.9.4" _module_preset="default"]

Source : LeMondeInformatique / CIO

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section]
En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés à mesurer la fréquentation du site ainsi qu’à vous proposer des boutons de partage.
Learn More